Quand nous aurons révisé la Constitution… (Par Mohamed Lamine Keita)

Quel que soit le texte sous forme de Loi Fondamentale qu’on
aura à nous proposer, on ne nous dira pas que la Guinée est devenue un Royaume.
Dans quelle République a-t-on vu, au-delà des coups d’Etat militaires, une
Constitution jetée avec toutes ses bases s’il est enseigné que l’Etat est une
continuité ? Les acquis tels que : La forme républicaine de l’État, le principe
de la laïcité, le principe de l’unicité de l’État, le principe de la séparation
et de l’équilibre des pouvoirs, le pluralisme politique et syndical … et
d’autres valeurs ne seront remis en cause. Ces valeurs sont guinéennes et irréversibles
; de surcroît, toutes sont inscrites dans l’intangibilité en cas de révision
constitutionnelle prévue au Titre XVIII en son article 154. 

S’il en est ainsi pourquoi l’amalgame entre changer et
réviser la Constitution, si ajouté au nombre et à la durée de mandat on ne
conservait par exemple que ceux-là. On aurait eu tout simplement une
Constitution qui aura fait peau neuve, qui abroge toute disposition antérieure,
c’est-à-dire qui rende obsolète la précédente. Donc ni plus ni moins, une
nouvelle Constitution. 

L’égarement de nos peuples est rendu facile par l’ignorance
de la majorité de nos textes de lois, ou son incapacité à les traduire et à les
contextualiser. L’on me dira que c’est du droit, alors qu’il est même ce droit
une forme d’expression pour contenir les règles que nous nous fixons
nous-mêmes. Un instrument à parole et un outil qui nous serve à nous protéger.
C’est pourquoi les Lois Fondamentales futures doivent impérativement être
traduites dans toutes les langues populaires pour que nos compatriotes
s’imprègnent du fondement qui les régit. 

La Nouvelle Constitution que nous aurons à obtenir après
soustraction ou rajout de quelques valeurs que ça soit pourrait être l’odyssée
de nos temps. La lutte pour l’heure devrait se concentrer sur les propositions
de soustraction et d’addition, en forme de plaidoyers de nos préoccupations
pour que celles de chaque citoyen ou de son élu soient prises en compte. 

Il est vrai que le FNDC est un appendice de l’UFDG qui
utilise ses fédérations, sections et comités de bases à travers le pays et à
l’extérieur comme antennes, et qui en ce moment même prépare un Non au
référendum, doublant ainsi tous ceux qui se bombent la poitrine  et qui
veuillent être des héros ou martyrs de la Constitution, mais la manipulation de
notre peuple ne doit être une arme électoraliste, qui de toute façon ne
prospéra plus en République de Guinée, par une veille permanente au grain des
gens alertes. 

Alors la cacophonie par la désinformation à laquelle se livre
les recrues de l’UFDG à travers le FNDC qui en a adopté comme stratégie de
communication est une trahison de la mission première d’une institution qui
aspire gouverner ceux qu’elle tente d’égarer à souhait. Mais la maturité de la
majorité des guinéens fera obstacle à toute vendetta, à toute expédition
punitive-politique, à toute révolution malsaine et à toute conquête
malencontreuse du pouvoir. 

A Faakoudou ! Je vous salue. 

Mohamed Lamine KEÏTA 
Président du Mouvement 
JEUNESSE RÉPUBLICAINE 

L’article Quand nous aurons révisé la Constitution… (Par Mohamed Lamine Keita) est apparu en premier sur Guinee7.com.

Autre articles