Pêches et économie maritime : point sur les avancées réalisées par le ministère au cours des deux dernières années

Au cours d’un point de presse qu’il a animé à
Conakry, il y a quelques jours, le conseiller économique au ministère en charge
des Pêches, de l’Aquaculture et de l’Economie maritime, Louis Kamano, a déroulé
les avancées réalisées par son département pendant les deux dernières années et
ce, selon lui, conformément à la feuille de route adressée à l’actuel ministre
(Frédéric Loua, Ndlr), à la suite de sa nomination en 2017.

La lutte contre la pêche Illicite Non réglementée
Non déclarée (INN), la contribution du ministère en charge des pêches au trésor
public et l’approvisionnement en poisson sont entre autres les points évoqués
par Louis Kamano dans sa communication.

À en croire cet économiste, depuis 2017, beaucoup
d’efforts ont été fournis avec l’appui des partenaires au développement et
l’implication de tous les cadres du département des pêches, dans le domaine de
la lutte contre la pêche INN. Notamment, dit-il, avec le renforcement de la
surveillance au niveau de l’espace maritime guinéen.

« Le renforcement de la présence en mer et la
réalisation des 450 jours de surveillance en 2018 et 262 jours en janvier à
août 2019 ; l’inspection en mer de 950 navires en 2018 et de l’arraisonnement
de 23 navires en infraction, qui ont payé 592 mille euros au titre des amendes
; l’inspection en mer de 247 navires de janvier au 30 juin 2019, suivie de
l’arraisonnement de 18 navires en infraction ; la réalisation de la visite technique
de 110 navires en 2018 et 197 navires en 2019 (jusqu’au mois d’Aout dernier) »,
a énuméré M. Kamano.

Avant d’ajouter : « le renforcement de la
surveillance aérienne de l’espace maritime guinéen à travers la réalisation de
9 heures de vol en 2018 et 18 heures de janvier à août 2019 ; la redynamisation
et la mutualisation des moyens de surveillance avec la préfecture maritime et
la marine qui conjugue les efforts. Les 3 voire même les 4 structures pour
surveiller, ce qui n’était de mise avant. Ça suscite bien sûr des moyens
matériels humains et financiers. »

Pour ce qui concerne la contribution du ministère
des pêches, de l’aquaculture et de l’économie maritime au trésor public,
c’est-à-dire en matière de redevance, Louis Kamano a précisé que « du mois
d’août 2017 jusqu’à fin 2017, il y a eu la mobilisation de plus de 25 milliards
de nos francs, au titre des redevances. En 2018, une année pleine, 66
milliards, 498. 170. 500 francs guinéens ont été mobilisés au compte du trésor
public. Et de janvier à août 2019, c’est-à-dire à la fin du repos biologique,
ce qui a été engrangé comme ressource donne une valeur de 60 milliards, 711
mille 494. 322 francs guinéens ».

Parlant l’approvisionnement en poisson, il a fait
savoir : « en 2017, globalement il y a eu une quantité débarquée de 325 mille,
113 tonnes ; et en 2018, 281 mille 998 tonnes ; de janvier à août 2019, il y a
environ 260 mille 500 tonnes qui ont été débarqués. »

À noter que cette communication du conseiller
économique au ministère en charge des pêches, de l’aquaculture et de l’économie
maritime a été précédée par une visite guidée dans les locaux dudit département
où de remarquables rénovations et réaménagement ont été faits

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

L’article Pêches et économie maritime : point sur les avancées réalisées par le ministère au cours des deux dernières années est apparu en premier sur Guinee7.com.

Autre articles