Kalémodou de l’UFDG, à son tour, appelle au Djihad

L’honorable
Kalémodou Yansané, un des vice-présidents de l’union des forces démocratiques
de Guinée (UFDG) a lancé un défi à la commission électorale nationale
indépendante (CENI) sur l’organisation des élections législatives en février
prochain. Pour lui, “Il faut être fou pour imaginer qu’on peut faire une
élection en Guinée sans l’UFDG”.

“L’UFDG
seule a 120 maires après tous les vols, l’UFDG seule a 2000 élus de Guinée 2200
exactement, l’UFDG seule a près de 400 maires et maires adjoints en Guinée ;
l’UFDG seule contrôle 75 quartiers sur 128 à Conakry. L’UFDG et l’UFR
contrôlent 95% du suffrage de l’opposition guinéenne. On ne peut pas imaginer
qu’aujourd’hui de faire quelque chose en Guinée en oubliant l’UFDG et l’UFR et
leur allié”, a rappelé Kalémodou Yansané, tout en soutenant que l’UFDG
seule est capable de bloquer toutes lois organiques en Guinée car, “l’UFDG
sur le plan législatif est incontournable”.

Il poursuit
en prévenant que, “les charlatans qui pensent qu’on peut construire
quelque chose de durable en Guinée sans l’UFDG n’aiment pas le bonheur de la
Guinée. Les jeunes que vous êtes, depuis plus de 10 ans, on lutte ; c’est
grâce à cette lutte qu’on a pu assoir les députés, c’est grâce à cette lutte
qu’on a pu avoir 75 quartiers rien qu’à Conakry. Est-ce que nous allons
abandonner cette lutte-là ?”, a-t-il demandé aux militants, ce samedi 28
décembre.

Évoquant la
dernière révision de la liste électorale, Kalémodou, soutient qu’‘‘en 2015, en
Haute Guinée le fichier était majoré au moins 40%, il nous a volé, on a
accepté. En 2019, ils veulent faire 100% RPG, ce n’est pas possible. Qui peut
dire que Siguiri est plus grand que Matoto et Ratoma réunis ? Il faut être fou.
Est-ce qu’il y a une ville minière plus grande que Boké ? Boké en 2015, comptait
212 000 électeurs, aujourd’hui Boké compte 210, avec 60 millions de tonnes de
Bauxite qu’on extrait par an. Donc, Boké a régressé ? Siguiri qui était à peine
250 000 est aujourd’hui à 490 000 électeurs. Est-ce qu’on va accepter ? Kaloum
qui est à côté, en 2015 avait une population électorale de 60 000 personnes,
cinq ans, Kaloum aujourd’hui est à 30 000. On dirait que tout le monde est mort
à Kaloum. Voilà ce qui se passe en Guinée”, a-t-il révélé.

“Nous
n’avons pas dit qu’on ne va pas aux élections, (…) on ne peut pas avoir 400
élus, 2000 élus pour refuser les élections. Mais, nous ne pouvons pas aller aux
élections truquées, fondamentalement truquées mais personne n’ira aux
élections. En dehors de l’UFDG, si les élections ne sont pas bonnes nous allons
nous opposer catégoriquement. C’est pourquoi je dis aujourd’hui, le président
Cellou est notre Général, nous, nous sommes des lieutenants, vous les soldats
aguerris”, a-t-il précisé.

Avant de
conclure : “Le seul mot d’ordre aujourd’hui, c’est la lutte ;
s’il faut, l’affrontement comme le président l’a demandé… à partir du 6 (janvier
2020, ndlr) le djihad va commencer. Il y a quatre petites conditions, la plus
simple à réaliser c’est installer les chefs de quartiers comme la cour suprême
l’a demandé ; la deuxième petite condition c’est recenser les citoyens qui
n’ont pas été recensés ; la troisième condition c’est le remplacement du
président de la CENI ; la quatrième condition qui est fondamentale (…), c’est
le troisième mandat. Donc, il régule ses quatre conditions demain matin nous
sommes prêts à déposer nos dossiers pour aller au vote. Si les conditions ne
sont pas régulées, ils n’ont qu’à déposer 10 mille tonnes de papiers là-bas, on
ne reculera pas.”

Pour rappel,
un appel au djihad de Fodé Oussou Fofana, un des vice-présidents du parti avait
fait un tollé, il y a quelques mois.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

L’article Kalémodou de l’UFDG, à son tour, appelle au Djihad est apparu en premier sur Guinee7.com.

Autre articles