Procès des militaires/ La demande de liberté en faveur du capitaine Touré rejetée

Après son
ouverture, le 26 décembre dernier, le procès des éléments des forces armées
guinéennes s’est poursuivi, ce lundi 30 décembre au tribunal militaire
permanent de Conakry. Dès l’ouverture de l’audience criminelle par la
présidente Mme Lalla Keïta, il y a eu jonction de procédures vu la ressemblance
du dossier qui concerne 27 personnes et un autre dossier qui ne concerne qu’une
seule personne.

Ils sont
poursuivis pour “vol aggravé, incitation à commettre des actes contraires
au devoir et à la discipline, révolte, désertion, rébellion, participation à une
association de malfaiteurs, recel de malfaiteurs, complot, détention illégale
d’armes et entrave à la saisine de la justice au préjudice de l’État”.

Pour cette
journée d’audience, après l’identification des prévenus, un seul militaire a
comparu devant le tribunal militaire criminel. Il s’agit de Capitaine Alkaly
Facinet Touré, en service au camp Alpha Yaya Diallo. Il a été incorporé dans
l’armée en 1993, marié et père de huit enfants.

A la barre,
cet officier de l’armée guinéenne a rejeté les faits qui lui sont reprochés.
Sur la question de savoir s’il connait le pourquoi il est au tribunal, il a
répondu en haute voix “non, moi-même je ne sais pas pourquoi je suis là.
J’ai été arrêté depuis le 31 décembre 2018”, a-t-il rappelé.

Poursuivant
sa déposition, le capitaine soutient qu’après son arrestation au camp Alpha
Yaya, il a été détenu dans une cellule dudit camp pendant des heures avant
d’être transféré au haut commandement de la gendarmerie nationale. De là, il sera
conduit au PM3 de Matam ou il a passé un mois de détention, explique-t-il.

Le 1 février
2019, capitaine Touré a été présenté à un juge d’instruction au tribunal
militaire ; il sera mis sous-mandat de dépôt et conduit à la maison
centrale de Corontie. Dans son audition pendant les enquêtes, capitaine Touré,
a déclaré avoir une arme avec lui depuis son retour de la frontière et d’une
mission onusienne en Sierra Leone.

Une partie
qui a fait traîner le débat entre le ministère public et l’accusé, est la
manière dont l’officier s’est procuré l’arme. Selon lui, c’est lors du
ratissage à la frontière, après l’attaque rebelle, qu’il a ramassé l’arme et
une fois au camp Alpha Yaya, toute les armes ont été mises à l’armurerie. C’est
par après qu’il a fait une demande d’obtention d’une arme. Et de son côté, le
ministère public n’était pas convaincu des arguments avancés. C’est ainsi qu’il
a demandé au tribunal d’accepter que le commandant d’unité armurerie comparaisse
pour expliquer comment ça se passe.

Au cours des
débats, les avocats de la défense ont formulé une demande de liberté pour
capitaine Alkaly Facinet Touré, tout en estimant que leur client est détenu
illégalement parce que les faits qui lui sont reprochés, ont eu lieu dans la
nuit du 24 au 25 janvier 2019 or lui il a été arrêté le 31 décembre 2018. Une
demande rejetée par le ministère public et la partie civile.

Dans son
délibéré, le juge Lella Keïta, a rejeté la demande de liberté pour le capitaine
Alkaly Facinet Touré et a ordonné la comparution du commandant de l’armurerie
du camp Alpha Yaya Diallo. Ensuite, elle a renvoyé l’audience pour le 6 janvier
2020.

Il faut
noter que sur le nombre des accusés, cinq sont en fuite. Et dans la salle
d’audience, trois civils étaient parmi les accusés.

Bhoye Barry pour guinee7.com

00224 628 705 199

L’article Procès des militaires/ La demande de liberté en faveur du capitaine Touré rejetée est apparu en premier sur Guinee7.com.

Autre articles