Chanson pour la paix/ La fondation Abdou Mbaye répond au vitriol à ses détracteurs

Suite à la critique dont fait l’objet son projet de réunir les artistes de
la musique guinéenne pour chanter la paix, la Fondation Abdou Mbaye (FAM) à
travers son fondateur, a transmis sa réaction à notre rédaction, ce vendredi 10
janvier.

Il faut que certains leaders politiques ou sociaux, arrêtent de manipuler cette pauvre population au tour de chaque action citoyenne en la “POLITISANT”. Diviser le peuple afin qu’ils puissent tirer profit de leurs faiblesses et nourrir leurs ambitions personnelles, telle est leur stratégie. La nôtre, consiste à dire au peuple que seules l’unité, la citoyenneté et la justice sociale dans nos actions, peuvent donner du sens au développement de la Guinée.

La sortie de ce morceau n’arrange point certains politiciens ni certains leaders d’opinion parce qu’ils voient un obstacle à l’ethno stratégie qu’ils développent depuis des années pour maintenir le peuple dans l’ignorance, dans des conditions précaires et dans la méfiance du prochain. A nos yeux, nul n’est Soussou, Peul, Malinké ou Forestier car nous estimons que sur aucun document administratif, il n’est mentionné “ETHNIE”. On y voit clairement écrit NATIONALITÉ.

Ils ont pour slogan : ‘‘pendant que nos frères meurent, les autres chantent pour calmer la situation et ils ne disent pas la vérité aux dirigeants”. Laissez-moi vous rappeler que les artistes ont toujours dénoncé, ils ont toujours été aux côtés du peuple et que l’essence même de la musique urbaine, c’est de porter haut ce que le peuple vit ici-bas. Donnez-moi un album de la musique urbaine sorti durant les 15 dernières années, qui ne parle pas de la situation du peuple guinéen.

Ils nous nourrissent par l’adage qui dit que la Guinée est une famille, dites-moi pourquoi ils nous divisent pendant que des activités politiques, ils sourient ensembles, ils voyagent ensembles et sur notre dos, ils font des négociations qui les arrangent et mais qui sèment des ennuis en Guinée.

Le morceau que nous avons enregistré, parle au peuple mais pas au politicien. C’est un appel à la conscience citoyenne, nous voulons faire comprendre au peuple de ne pas ou plus se laisser distraire par des discours de division, incendiaires et communautaristes.

Notre musique est surtout adressée à ceux qui tuent nos frères et sœurs. Si la Guinée est une famille comme vos chefs le disent, alors pourquoi vous arrachez à cette famille, leurs enfants ? Vous endeuillez vos voisins, les amis à vos proches, des camarades de classe de vos jeunes frères et sœurs. On se demande comment vous arrivez à dormir en paix avec votre conscience, après avoir tué vos jeunes frères et sœurs.

Le chemin de la paix n’est pas uniquement tracé par la sensibilisation, il y a aussi le respect de nos lois, la justice, le respect de la dignité et la vie humaine. Laissez-moi vous rappeler que dans chaque album urbain ou de la musique populaire, des musiques ont dénoncé, des titres ont décrit la précarité de la vie de la Guinée et la perte de l’identité nationale au profit de l’ethnocentrisme.

Les artistes n’ont pas chanté pour dire aux politiciens “réconciliez-vous” mais plutôt, ils ont dit au peuple de faire attention à la manipulation. Ils essaient de faire comprendre à ceux qui tiennent des propos incendiaires et qui politisent toute action citoyenne, que le Guinéen n’a nulle part où aller si par malheur, la Guinée sombre dans les violences occasionnées par des idéologies politiques et ethniques.

La douleur des assoiffés du pouvoir et de ceux qui font du business en créant des crises, c’est de voir une nation et des communautés qui vivent dans la méfiance. Ils ont peur lorsqu’ils nous voient solidaires et ils perdent leur force lorsque nous travaillons main dans la main. 

C’est dommage que des leaders d’opinion et même que certains artistes, se cachent derrière des politiciens ou des mouvements ethniques, pour se tailler une place ou bénéficier de certains avantages une fois que ce dernier sera dans la sphère des preneurs de décisions.

Parmi nous, il y a des artistes qui ont toujours été engagés. Certains ont participé aux marches, d’autres ont dénoncé ou critiqué la gestion de la Guinée mais sachez qu’au-delà de leur engagement, ils restent toujours des citoyens épris de paix et de justice donc, ils rappelleront toujours aux dirigeants quel que soit le bord politique, que la paix se construit par des actes responsables et citoyens, par le respect de nos lois et de la justice. La paix reviendra sous plusieurs formes mais ils ne se fatigueront jamais de la chanter car telle a été notre éducation familiale et religieuse.

Chaque artiste sur le morceau, a dit ce qu’il pense du danger de la manipulation politique et ethnique. Chacun a livré un message rassembleur, préventif et parfois dénonciateur. On se définit par l’art au service de la société et non par l’art qui divise la société.

Nous ne céderons ni à l’intimidation, ni au chantage. Et nous n’avons nullement besoin d’une aide financière venant d’un acteur politique qu’importe son bord, pour réaliser cette musique. 

Sur fonds propre, nous l’avons commencé et FAM achèvera ce projet car telle est sa vocation, améliorer aussi petit qu’il soit, la situation du citoyen guinéen.

Que Dieu accorde à nos frères et sœurs tombés pour le développement de la Guinée, son éternel paradis et que justice soit faite sur terre ainsi qu’à l’au-delà.

Nous remercions tous les artistes qui ont volontairement participé à ce projet, sans rien demander en retour. A ceux qui n’ont pas pu assister, sachez que le combat est le nôtre et que chacun peut poser une brique pour l’édification d’une Guinée unie et prospère.

 La FAM

Il faut rappeler que cette réaction fait suite à une publication sur
Facebook de Bill de Sam, ancien rappeur, désormais membre du Front national de
défense de la constitution (FNDC), publiée mercredi dernier à 21h 57 min.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

L’article Chanson pour la paix/ La fondation Abdou Mbaye répond au vitriol à ses détracteurs est apparu en premier sur Guinee7.com.

Autre articles