Opposition guinéenne : entre jeter de l’huile sur le feu et perte de sang froid (Par Ibrahima Sory Keita)

L’évolution
harmonieuse d’une Nation est tributaire d’une cohésion sociale qui passe
notamment par le respect des différences, que ce soit sur le plan culturel,
religieux, ethnique ou de vision. En d’autres termes, aucun citoyen ne doit
être stigmatisé pour l’une quelconque de ces différences vis-à-vis de l’autre,
au risque de verser dans la haine et la division, tant ces types de
comportements stigmatisants sont des terreaux de ces maux inhérents à n’importe
quelle société humaine d’ici ou d’ailleurs. L’opposition guinéenne regroupée
dans ce que ses membres appellent Front pour la défense de la Constitution
qu’ils ne respectent pas, en étant dans la posture de stigmatisation, verse
malheureusement dans le feu de la haine et de la division. Il en est ainsi chaque fois que cette opposition récuse aux
citoyens guinéens pensant différemment d’elle, le droit d’expression pour une
nouvelle Constitution, en déclarant une exigence de rejet de tout projet de
nouvelle Constitution ou encore une volonté farouche d’empêcher tout référendum
visant à adopter ou non une telle nouvelle Constitution : c’est le règne
de la pensée unique et cela donne froid au dos rien qu’en pensant à l’ambition
affichée de cette opposition de diriger notre pays et nous imposer sa pensée
unique !Il en est ainsi encore
quand le Chef de file de l’opposition, dans une vidéo circulant sur les réseaux
sociaux, exalte ses partisans, dans une langue de notre pays qu’il maîtrise
bien, en leur disant notamment que telle communauté  de notre pays sera
avec eux contre telle autre communauté  de notre pays ! Cette
stratégie de jeter de l’huile sur le feu de la haine et de la division qui
peuvent éclore dans des conditions de stigmatisation extrêmes, est très
pernicieuse en ce sens qu’elle finit par gangréner aveuglément en se répandant,
au-delà des auteurs de telles stratégies foncièrement répréhensibles, sur les
paisibles citoyens non parties prenantes à ces stigmatisations. On peut en
prendre davantage conscience à travers des exemples de cas ci-après hors
de nos frontières :

De la pratique sectaire d’idéologie
religieuse aux effets potentiellement pervers sur des membres de la communauté
affiliée à la religion d’inspiration de cette idéologie

Comme
on le constate, notre monde est traversé par un certain nombre de conflits dont
celui par exemple du djihadisme consistant en substance à faire la guerre
contre les non-tenants de cette idéologie. Une des formes de cette guerre est
constituée par des attentats visant à décimer les cibles considérées comme
ennemies sur des terrains de prédilection que sont notamment les pays
occidentaux. En France par exemple, ce genre d’actions, qualifiées par ailleurs
de terrorisme religieux, entraine par endroits, au niveau de certaines couches
de la population, des rejets, voire des représailles résultant d’actions
individuelles notamment, contre de paisibles citoyens ayant comme seul tort
d’appartenir à la même communauté nominalement (ce qui signifie l’existence de
divergences sur le contenu donné à la valeur nominale commune) religieuse que
les acteurs commettant de tels attentats. Il en est ainsi des problèmes
soulevés contre le voile des personnes de cette communauté nominalement religieuse,
ou encore de cette attaque avec arme à feu perpétrée en octobre 2019 dans le
Sud de la France par un individu contre une Mosquée et sur 2 fidèles religieux
grièvement blessés, ou encore de ces stigmatisations demandant l’interdiction
formelle de prières collectives considérées comme des prières de rue, etc. On peut donc constater, en définitive, que
des citoyens paisibles, ayant pour seul tort d’appartenir à une communauté
nominalement religieuse, sont doublement victimes :
d’un côté par les
attentats du genre ci-dessus relatés, basés sur la haine, celle-ci étant
aveugle et ne pouvant donc pas faire de distinction sur les éléments de sa
cible ; d’autre part ces paisibles citoyens sont victimes de gens avec
lesquels ils partagent le même espace de vie, ceux-ci les considérant comme des
coupables du genre «si ce n’est pas toi, c’est donc ton frère»
d’inspiration des Fables De La Fontaine matérialisées par le récit du Loup et
de l’Agneau. A travers ce parallèle, on perçoit mieux à quel point la stratégie
de rejet et de haine de l’autre qui ne correspondrait pas à son identité, de
pensée par exemple sur cette question de nouvelle Constitution, de la part de
l’opposition guinéenne regroupée dans ce Front pour la défense de la
Constitution qu’ils ne respectent pas, est dangereuse pour toute notre société
en ce sens que les effets pervers d’une telle idéologie vont se métastaser
aveuglément dans toute notre Nation, plombant donc cette cohésion sociale
nécessaire au développement et faisant alors de notre Nation une entité
perdante. Dans nos sociétés humaines caractérisées par des dualités comme le
froid et la chaleur, l’amour et la haine, etc., il est donc du devoir impérieux
de tout leader d’opinion de ne pas flatter, au niveau national le mal, inhérent
à l’Être Humain dans cette dualité du Bien et du Mal, car l’effet dévastateur
peut aller très vite comme ce vécu ci-après chez nos voisins.

Conflit sénégalo-mauritanien d’alors :
l’exemple à bannir de nos pratiques.

Le
Sénégal et la Mauritanie ont été en conflit le long du fleuve Sénégal en 1989,
basé finalement sur le rejet de l’autre, d’où cela s’est propagé très vite en
haine dévastatrice se traduisant par des tueries (c’est le terme approprié) d’une
grande barbarie dans les rues dans chacun des 2 pays, de l’autre non membre de
sa communauté, perpétrées par de simples citoyens dont on ne pouvait imaginer
qu’ils puissent se comporter ainsi un jour ! Heureusement que l’Etat
sénégalais notamment, a su très vite reprendre le dessus pour stopper ces
tueries. C’est dire à quel point le feu de la haine peut être dormant, et qu’il
ne convient en aucune manière d’y jeter de l’huile de manière irresponsable, et
qu’au contraire il faut toujours endiguer tout sentiment de haine au niveau
national, et mieux ou impérativement, il ne faut jamais le susciter. Ces cas
relatés se sont passés dans des pays étrangers, en Occident et en Afrique.
Aucun pays, comme le nôtre, n’est donc épargné si des sentiments de
stigmatisation, de rejet et de haine prospèrent. Plus que jamais, l’opposition
guinéenne regroupée dans ce Front pour la défense de la Constitution qu’ils ne
respectent pas, doit se ressaisir, et plus que jamais notre peuple doit prendre
conscience de la conduite pernicieuse de cette opposition et la rejeter, ce rejet étant d’ailleurs valable pour Tout
Autre leader qui utiliserait des stratégies de stigmatisation extrême, comme
l’ethno stratégie par exemple, pour arriver à ses fins crypto personnelles
n’ayant rien à voir avec les intérêts de notre Nation
.Tout semble d’ailleurs
indiquer qu’on en est à ce rejet majoritaire de la posture de cette opposition
si on en juge à sa perte de sang froid matérialisée par son comportement
obéissant à cette logique classique du « quand
on ne peut pas s’attaquer au raisonnement, on s’attaque au raisonneur ».
Dans
cette réussite de rejet majoritaire, il est important de saluer l’action louable des Hommes de Dieu qui par
leurs prières inlassables entre autres, contribuent à permettre à notre pays
d’être préservé des démons des déchirures dévastatrices et irréversibles.

Procès sur la personne du Président faute
d’arguments pertinents contre son bilan

Dans
la stratégie d’attaque sur le raisonneur 
quand on ne peut pas s’attaquer au raisonnement, le Chef de file de
l’opposition s’attaque au Président en le qualifiant de «vieillard» ! On sent tout d’abord ce côté méprisant
du Chef de file de l’opposition dans l’utilisation de ce terme à l’égard d’un
Guinéen tant cette expression est péjorative, c’est-à-dire qu’elle déprécie la
personne désignée, le suffixe «ard» étant péjoratif comme dans le mot chauffard
par exemple. Et voilà une différence fondamentale entre le Président Alpha
Condé et le Chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo. Un vieillard ou
une vieillarde, terme féminin encore plus péjoratif, dépréciant de fait la
personne désignée, renvoie ainsi au handicap. On voit alors dans ce domaine les
inlassables actions positives (centre d’apprentissage des métiers pour
personnes handicapées, instructions pour l’interprétation  en langage de signes et sous-titrages
d’émissions télévisées, prise en compte de la dimension handicap dans toutes les
planifications, etc.) menées par le Président Alpha Condé en faveur des
Guinéennes et Guinéens handicapés pour leur permettre de vivre dignement, pour
leur montrer et en faire prendre conscience à nous tous, qu’ils ont leur place
et leur utilité dans notre société. Le Président Alpha Condé, dans ce sens, avait
d’ailleurs depuis longtemps amélioré la situation des Retraités Fonctionnaires
en mensualisant leurs pensions de retraites là où c’était en perception
trimestrielle, et en les augmentant très sensiblement, ce qui leur permet de
mieux vivre. Avoir une longévité dans la vie tout court, ou dans la vie
professionnelle se concluant par le statut de Retraité, ne signifie pas
automatiquement qu’on est déprécié et qu’on ne peut plus rien faire. Le
Président Alpha Condé l’a compris et s’occupe de ses concitoyens pendant tout
leur cycle de vie, tandis que le Chef de file de l’opposition Cellou Dalein
Diallo méprise ses compatriotes bénéficiant de longévité de vie en les traitant
de vieillards ! L’histoire enseigne
ensuite
que ce procès sur «l’âge du capitaine» avait déjà été fait par un
Premier Ministre Français (tiens, tiens, un Premier Ministre comme l’a été
Cellou Dalein Diallo) en 2002 contre le Président de la République d’alors,
Jacques Chirac, qui avait répliqué sereinement en disant notamment  que «certains candidats» privilégient
«l’agressivité sur la réflexion» et avait souhaité que le «sang-froid» s’impose
à tous. C’est exactement cette perte de sang-froid que l’on constate chez le
Chef de file de l’opposition et de ses alliés. Autant le peuple français avait
compris que longévité de vie ne signifiait pas incapacité, s’était montré outré
contre ce procès en âge et avait voté pour le Président d’alors en le
reconduisant après avoir rejeté ce Premier Ministre qui avait été dans
l’attaque personnelle, autant le peuple guinéen aura cette même compréhension
en votant massivement pour une nouvelle Constitution, en reconduisant le
Président Alpha Condé et en rejetant cet ancien Premier Ministre Chef de file
de l’opposition en ne perdant pas de vue le mépris dans lequel il les tient si
par la grâce de Dieu, ils sont dans la longévité de vie. De fait, c’est Dieu
qui donne la longévité de vie, et donner celle-ci à une personne après lui
avoir donné le Pouvoir, n’est-ce pas un signe : comme une décision de Dieu
pour que la personne concernée, ici le Président Alpha Condé, bénéficiant de la
longévité de vie, puisse continuer la mission pour laquelle le Pouvoir lui a
été donné ! Sous cet angle, on comprend davantage que railler un don de
Dieu se retourne fatalement contre soi. Au demeurant, à y regarder de près, on
est interpellé par un saisissant paradoxe du Chef de file de l’opposition.

Paradoxe révoltant du Chef de file de
l’opposition

Le
Chef de file de l’opposition raille cette qualité de vie  qu’il appelle «vieillard», et pourtant il a
envie d’atteindre cette situation puisqu’il a renforcé sa sécurité, ce qui veut
dire qu’il a envie encore d’être sur Terre, bénéficier d’une longévité de vie
se concluant par un état de vieillesse où ne pouvant plus faire grand-chose
sans aide, il prendra sans doute mieux conscience du handicap. Et là, à coup
sûr il remerciera le Président Alpha Condé pour les dispositifs qu’il aura
alors mis en place pour les Handicapés. Mais le côté révoltant de ce paradoxe,
c’est de se super protéger lui-même et d’envoyer des jeunes gens enfreindre les
lois dans des manifestations, caillasser des biens de paisibles concitoyens,
vandaliser des biens publics, créant ainsi des situations de troubles propices
à toutes sortes d’incidents malheureux, y compris des règlements de comptes
internes à la faveur de ces moments de confusion. C’est regrettable chaque fois
que cela se traduit ne serait-ce que par une seule perte en vie humaine, et on
a une pensée pieuse dans ce genre de situation. On sera soulagé si ce genre de
réflexions pouvait contribuer à faire prendre conscience que le droit de
manifester s’accompagne du devoir de respecter les règles liées à chaque
manifestation, pour que des situations conduisant à des pertes en vie humaine
ne soient créées.

Perte de vitesse du Chef de file de
l’opposition dans son propre camp ?

Sans
doute que ce sont ces moments de confusion interne qui font peur au Chef de
file de l’opposition, sur fond de défections çà et là de ses partisans et pas
des moindres, l’amenant à renforcer sa sécurité, cela semblant annoncer une
amorce de perte de vitesse au sein de ses propres troupes incitant à la
prudence sécuritaire interne, car des Chefs d’opposition, on en a vus, mais qui
n’étaient pas dans ce syndrome de la peur, au contraire ils étaient tellement
populaires que c’était un plaisir pour eux d’être dans leurs foules. Ainsi,
l’ancien Président sénégalais Abdoulaye Wade, Chef de l’opposition, tellement
populaire qu’il est devenu Président de la République, mais tellement populaire
qu’il a continué de loger dans son logement privé d’un quartier de Dakar, au
beau milieu de ses foules : il a fallu les normes de sécurité
présidentielle pour qu’il aille résider dans le Palais présidentiel de la
République! Ainsi l’ancien Président français François Hollande, Chef de
l’opposition, porté au Pouvoir par une liesse populaire, une popularité
tellement forte qu’il a continué de loger dans son appartement privé parisien,
au beau milieu de ses foules, en Président «normal» : il a fallu les
normes de sécurité présidentielle pour qu’il aille résider dans le Palais
présidentiel de l’Elysée ! Ainsi, le Président guinéen Alpha Condé, Chef
de l’opposition, tellement populaire qu’il est devenu Président de la
République, mais tellement populaire qu’il se plaisait à loger dans sa
résidence de Kipé, au beau milieu de ses foules : il a fallu les normes de
sécurité présidentielle pour qu’il se résolve à résider en continu dans le
Palais présidentiel de Sékhoutouréya ! Aucun de ces 3 Présidents,
dans leur période d’Opposants, n’avait peur d’être avec les siens et n’était
dans une bunkérisation en leur sein. On pourrait être tenté de dire qu’un
Président de la République est protégé par sa sécurité, voire super protégé,
d’où il n’est pas populaire, il n’est pas aimé, d’où rien de plus normal que le
Chef de file de l’opposition soit lui aussi dans un besoin sécuritaire accru en
renforçant sa protection. On répondra alors que ce n’est pas du tout pareil.
Pour un Président de la République, représentant de tout un pays, c’est-à-dire
de ceux qui ont voté pour lui ou non, il y a un impératif sécuritaire à
appliquer et qui n’a rien à voir avec sa popularité. C’est d’ailleurs chez nous
Francophones que les Présidents, en France par exemple ou en Guinée, prennent
des libertés avec la sécurité pour prendre des bains de foule, mais aux
Etats-Unis, c’est tellement plus strict que c’est la Sécurité qui s’impose au
Président. D’ailleurs, dans un autre domaine non politique, mais non moins
représentatif d’une situation de Représentant ou de Guide avec sa communauté,
on s’interroge de plus en plus sur la sécurité du Pape, dans le sens de son
renforcement malgré qu’il soit très populaire,  après l’incident du 31 décembre passé d’une
dame s’étant agrippée à son poignet. Mais sans doute, pour le Chef de file de
l’opposition, sa bunkérisation bien qu’étant parmi les siens, constitue-t-elle
un autre aspect de cette perte de sang  froid qui l’amène ainsi à cette dernière
trouvaille selon laquelle le Président Alpha Condé n’aime pas les Peuls !
En arriver à une telle ethno-stratégie basée sur du fallacieux, et en réalité
avec des propos beaucoup plus stigmatisants portant sur la haine attribués à son
adversaire, cela montre que le Chef de file de l’opposition est vraiment en
perte de vitesse, même chez les siens qu’il veut mobiliser par de tels
arguments qu’il pense percutants, alors qu’en réalité c’est l’expression par
ailleurs de sa perte de sang-froid.

De la perte de sang froid à l’exploitation
insidieuse de situations fallacieusement présentées

Faute
d’arguments convaincants contre le Président Alpha Condé au regard de son bilan
positif pour leur permettre de rallier à eux la majorité de nos concitoyens,
l’opposition en arrive à insinuer un homicide sur le Chef de l’Etat ! Par
ailleurs, cette opposition parle du cas de l’ancien Président Blaise Compaoré
pour inciter à faire pareil, l’opposition disant que Blaise Compaoré était
Président le matin et que le soir il était dans une fourgonnette pour se faire
exfiltrer. En réalité l’opposition essaie de se donner de la contenance, en
ayant compris qu’Alpha Condé n’a même pas besoin de 27 ans de présidence comme
dans le cas auquel elle fait référence, pour durablement les décimer.
L’opposition  sait en effet que juste un
nouveau mandat du Président Alpha Condé, à travers la consolidation et
l’amplification des réalisations de développement, suffira à démanteler leur
fonds de commerce basé sur leur art consommé de faire prendre des vessies pour
des lanternes à certains de nos concitoyens. Pendant que l’opposition y est
dans le cas du Président Blaise Compaoré qu’elle brandit, qu’elle soit au moins
dans l’objectivité de mentionner ce sentiment de regret du départ du Président
Blaise Compaoré qui existe actuellement au Burkina Faso, d’où de la nostalgie
de sa présidence, et que l’opposition aille mesurer ce sentiment à l’échelle de
ce pays avant de croire exploiter le cas Blaise Compaoré à son avantage. En définitive,
il apparait que l’opposition guinéenne, regroupée dans ce Front pour la défense
de la Constitution qu’ils ne respectent pas, ne compte que sur des situations
de troubles qu’elle essaie de susciter pour espérer s’imposer contre la volonté
du peuple. Cependant, ce peuple demeure
déterminé et massivement mobilisé autour du Président de la République, comme
il le prouve dans chacune des sorties du Chef de l’Etat auprès de ses
concitoyens, pour ni se laisser fourvoyer, ni se laisser intimider par cette
opposition, mais pour bien se préparer à approuver massivement une nouvelle
Constitution et permettre au Président Alpha Condé de bénéficier à nouveau de
ses suffrages pour poursuivre le brillant parcours de développement mené en
faveur de sa Nation.

Ibrahima
Sory KEITA

Président
Dynamique ALPHA

(Aréopage des Lecteurs et Penseurs pour l’Heuristique et l’Action)

L’article Opposition guinéenne : entre jeter de l’huile sur le feu et perte de sang froid (Par Ibrahima Sory Keita) est apparu en premier sur Guinee7.com.

Autre articles