‘‘Un imam ou une coordination n’a pas sa place dans la politique’’, dixit Iracy Mansaré du RPG France

M.
Iracy Mansaré est le 1er secrétaire administratif de la section France
du RPG AEC, parti au pouvoir. Par Internet, nous lui avons posé quelques
questions sur l’actualité guinéenne.

Guinee7.com : Comment
jugez-vous la situation actuelle de la Guinée ?

Iracy
Mansaré
 : Je pense que le pays va mal avec tous ces préjugés
à l’encontre du président de la république par rapport à un éventuel mandat que
l’opposition a réussi à cultiver dans la tête de certains de nos compatriotes
afin de créer le chaos, le désordre dans le pays pour l’empêcher de continuer à
mettre en œuvre, son projet de développement pour notre bien commun, la Guinée
et ce, depuis 2010 alors que le FNDC est le premier à violer cette constitution.
Parce que non seulement, c’est cette même constitution en son article 152, qui
donne les prérogatives au président de la République de proposer une nouvelle
constitution mais aussi, tous les leaders politiques à l’époque, ont signé un
mémorandum lors des accords de Ouagadougou que le leader qui sera élu, après
six mois, doit soumettre une constitution à l’approbation du peuple.

Et ces
manifestations de plus en plus violentes ?

Il faut que l’Etat, garant de nos institutions, applique
la loi dans toute sa rigueur, pour non seulement, stopper ces manifestions
violentes mais sévir contre les policiers ou les gendarmes qui ne respectent
pas les consignes.

C’est vraiment, déplorable avec tous ces morts et je
profite pour présenter mes condoléances à toutes ces familles éplorées.

Ce que je condamne de l’opposition est la non maîtrise de
la communication avec des déclarations incitant à la déstabilisation de nos institutions
et de continuer à distribuer de l’argent dans les quartiers pour sortir les
enfants d’autrui dans les rues mais aussi, saboter tout ce que le président est
en train d’apporter à notre bien commun, la Guinée.

La Guinée a besoin de paix, de quiétude, de sécurité des
biens et des personnes, d’un développement durable, d’une justice équitable
pour la confiance et le climat des affaires.

Pourquoi, c’est maintenant que
le président de la République décide d’organiser les élections et en même temps
coupler les législatives et le referendum ?

Mieux
vaut tard que jamais. Je ne vois pas le problème, il a été élu pour un mandat à
temps plein jusqu’à la dernière seconde, il a cette légitimité et personne ne
peut la contester. Le gros problème chez nous en Guinée, est que le Guinéen est
très versatile, ce qu’il a admiré, adoré hier, il peut le brûler aujourd’hui
juste pour son intérêt égoïste.

Depuis que le Pr. Alpha Condé a été élu en 2010 et réélu en 2015, son unique combat est de redorer l’image de la Guinée sur tous les plans ; surtout économiques, infrastructurels, énergétiques, etc. Pour que la Guinée soit une nation solidaire où tout le monde à sa place. 

Que pensez-vous du retrait de
l’opposition pour les élections législatives du 1er mars et la
menace de l’empêcher ?

Je
respecte leur décision de ne pas participer à ces élections, c’est normal et
c’est ça aussi la démocratie et si elle se réclame démocrate ;
pourquoi empêcher ces élections ? L’opposition guinéenne doit être
objective dans ces prises de décision et doit contribuer au débat citoyen et
pluraliste, informer, donner son point de vue et de laisser tomber des petites combines,
des arrangements ou consensus politiques qui n’honorent pas notre démocratie. Mais
défendre l’intérêt du peuple pour le respect strict de la loi. Quand les
décisions sont à leur faveur, silence radio mais si c’est le contraire, ils (les
opposants) crient sur tous les toits. Dommage pour notre cher pays.

Que pensez-vous de la médiation
des religieux dans la situation politique actuelle ?

Avant
tout, ce sont des citoyens guinéens, si leur voix peut contribuer à la paix, à
la quiétude sociale, pourquoi pas ? C’est une maison commune, où chacun a sa
place.

Mais,
ce que je déplore, c’est la faiblesse de l’Etat qui ne fait pas respecter la
loi dans toute sa rigueur. Sinon, franchement, un imam ou une coordination n’a
pas sa place dans la politique.

Selon vous, qu’est-ce qu’il
faut pour une sortie de crise ?

A mon
avis, le point d’achoppement de tous les problèmes actuels est lié à la CENI,
il nous faut, une CENI technique et non politique. Et il faudrait qu’on accepte
de se parler honnêtement sans arrière pensée pour le bonheur des Guinéens, s’asseoir
autour d’une même table, discuter et répondre aux vrais problèmes.

Nous
sommes un peuple qui a traversé diverses crises mais par le biais du dialogue
franc ; il s’en est toujours sorti main dans la main. Continuons à
dialoguer dans le respect et la confiance réciproque. Puisque notre devoir est
de protéger ce bien commun qui nous est cher : La Guinée.

La rédaction

L’article ‘‘Un imam ou une coordination n’a pas sa place dans la politique’’, dixit Iracy Mansaré du RPG France est apparu en premier sur Guinee7.com.

Autre articles