Humanitaire : Un concert caritatif pour la création d’un centre de traitement des drépanocytaires en Guinée

Dans le cadre de son projet de lutte contre la drépanocytose en république
de Guinée, l’ADAEDIR (association des enfants drépanocytaires et insuffisance
rénale) en collaboration avec la “structure Cheick 224″, organise à
Conakry, ce vendredi 13 mars, un concert caritatif intitulé ” SOS Drepa
Action”.

Les retombées de ce concert, qui connaîtra la prestation de plusieurs
artistes chanteurs guinéens et internationaux, seront injectées dans le
financement de la construction d’un centre polyvalent pour les enfants atteints
de la drépanocytose et de l’insuffisance rénale à Kassonya (Coyah).

Face aux journalistes, pour annoncer les couleurs de cet évènement, la
présidente de l’ADAEDIR Mme Fatoumata Kimora Keïta a rappelé que le combat de
son association c’est de rendre gratuits, les soins de la drépanocytose qui
sont très coûteux.

“Je ne suis pas médecin, précise-t-elle,
je suis maman d’un enfant drépano. Mais cela fait 14 ou 15 ans que je me bats
afin que je puisse créer un endroit où les enfants et les parents peuvent avoir
un semblant de vie, un endroit d’écoute (…). C’est un centre qui va permettre
aux enfants d’avoir des soins”. 

Avant d’ajouter: “c’est mon propre terrain que je lègue à
l’association. Ce centre me tient énormément à cœur. Mais j’avoue que ça n’a
pas été facile (…). Nous n’avons pas les moyens financiers, le coût de
réalisation de ce centre s’élève à environ 250 mille euros, c’est pourquoi nous
avons décidé d’organiser des concerts caritatifs afin de nous aider à réaliser
ce centre.” 

Présente à cette rencontre, Dr. Fatou Siké a, au nom du ministre de la
santé, salué cette initiative de l’ADAEDIR qui, selon elle, serait une large
contribution au développement des services de santé dans le pays. 

Avant de reconnaître que “la drépanocytose est un réel problème de
santé publique qui affecte la couche infantile et sa prise en charge est très
complexe dans nos établissements hospitaliers (…). C’est une couche infantile
qui vit dans la souffrance, qui évolue dans la douleur, la peine et qui a même
des difficultés à finaliser la scolarisation”.

À noter que le centre polyvalent portera le nom de Jenny Hipocrate, une
française d’origine guinéenne, présidente de l’APIPD (Association Pour
l’Information et la Prévention de la Drépanocytose); médaillée d’or du grand
prix humanitaire de France en 2016 et partenaire à ce projet de création d’un
centre polyvalent pour les enfants atteints de la drépanocytose et de l’insuffisance
rénale.

Mohamed Soumah pour Guinee7.com

L’article Humanitaire : Un concert caritatif pour la création d’un centre de traitement des drépanocytaires en Guinée est apparu en premier sur Guinee7.com.

Autre articles