Des tortures à Soronkoni ? ‘‘Nous ne pouvons pas nous prononcer sur quelque chose dont on n’a pas la preuve’’ dixit le bâtonnier de l’ordre des avocats

Dans
une déclaration publiée hier, le barreau de Guinée emboite le pas à l’opposition
guinéenne pour dénoncer de manière dubitative, le camp militaire de Soronkoni
(en Haute Guinée) qui se livrerait à des tortures contre les populations. « Le
barreau de Guinée reste profondément préoccupé par la rumeur persistante quant
à l’existence d’un ‘‘Goulag’’ dit de Soronkoni », peut-on lire dans la
déclaration du barreau de Guinée. Pour plus d’explications de ce passage, nous
avons interrogé le bâtonnier de l’ordre des avocats, Me Djibril Kouyaté.

Guinee7.com : Dans votre
déclaration, vous parlez d’un ‘‘Goulag’’ à Soronkoni, Est-ce que le barreau a
été saisi par la famille d’une victime, par exemple ?

Me Djibril Kouyaté : Non, non, non, c’est pour cela
nous avons parlé de rumeur. Nous avons écrit rumeur. Parce que nous n’avons été
saisis par aucune famille. Etant des juristes, nous ne pouvons pas nous
prononcer sur quelque chose dont on n’a pas la preuve. Le juriste c’est aussi
la prudence, surtout l’avocat.

En parlant de Goulag à propos de
Soronkoni dans votre déclaration, n’est-ce pas une manière de donner un certain
crédit à des rumeurs ?

Pas
du tout, parce qu’on a parlé des rumeurs. Quand on parle de rumeurs, c’est
qu’on ne donne pas de crédit. Les rumeurs, ça veut dire que c’est susceptible
d’être démenti. C’est sujet à doute.

Vous trouvez que c’est normal que vous
commentiez ou que vous faisiez une déclaration sur une rumeur ?

Je
vous renvoie la question. Vous pensez que quand il y a des rumeurs persistantes
sur quelque chose, en tant qu’avocat, on ne doit pas s’en préoccuper ? Je
crois que les termes de notre déclaration c’est des termes qui viennent des
avocats, on n’a pas affirmé, on n’a pas dit que le camp existait, on a dit
qu’on s’inquiétait, si c’était le cas. C’est ce que nous avons dit, je crois
que c’est bien écrit en français. On n’a pas confirmé l’existence. Il y a un
nom, il y a un camp qui existe, ce qui est sûr, qui porte ce nom. Et on dit que
là-bas les citoyens seraient détenus. Donc on s’inquiète si cela était vrai. On
a même mis entre guillemets le nom là, Goulag.

NB :
Le Goulag est un camp de travail forcé en U.R.S.S. que l’on peut comparer
à un camp de concentration. Le goulag était principalement destiné aux
opposants politiques.

Entretien
réalisé par Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com

L’article Des tortures à Soronkoni ? ‘‘Nous ne pouvons pas nous prononcer sur quelque chose dont on n’a pas la preuve’’ dixit le bâtonnier de l’ordre des avocats est apparu en premier sur Guinee7.com.

Autre articles