Ambassade de Guinée en Belgique

Industrie & commerce

COMMERCE

   1 – Mission :

Le Ministère du Commerce a pour mission, la conception, l’élaboration et la mise en œuvre de la politique du Gouvernement dans le domaine du commerce.
A ce titre, il est particulièrement chargé:

  • De concevoir et d’élaborer les textes législatifs et réglementaires afférents au Commerce et à la compétitivité et de veiller à leur application ;
  • De concevoir, d’élaborer et de mettre en œuvre les stratégies de promotion et de développement des exportations ;
  • De concevoir, d’élaborer et de mettre en œuvre la politique du Gouvernement en matière de concurrence, de prix, des poids, de contrôle de qualité, des poids et mesures ;
  • De définir les procédures en matière de commercialisation des biens et services et de veiller à leur application ;
  • De contribuer à la promotion du secteur privé dans le domaine du commerce;
  • De promouvoir les investissements pour le développement du secteur du commerce;
  • De définir la procédure d’autorisation de la mise à la consommation des biens et services et de veiller à son application;
  • De contribuer à l’application de la législation et de la réglementation environnementale dans le secteur du commerce;
  • De prendre part aux négociations relatives aux acquisitions, cessions partielles ou totales des participations de l’Etat;
  • D’assurer la tutelle administrative de la Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Artisanat de Guinée;
  • De mettre en œuvre la réglementation en matière d’implantation commerciale des marchés d’intérêt national ou régional, des marchés de détail, des marchés spécialisés, des magasins généraux et des supermarchés ;
  • De développer et de renforcer les relations avec les institutions spécialisées intervenants dans le secteur du commerce ;
  • De concourir à l’élaboration de stratégies nationales de rattrapage des déficits de capacités identifiés comme frein à la croissance économique et à la compétitivité ;
  • De promouvoir l’exportation des produits guinéens et de veiller à l’approvisionnement du marché national en biens de première nécessité et en produits stratégiques par la prise de mesures appropriées ;
  • De promouvoir une économie performante dans le cadre de la mondialisation, notamment de la comptabilité des politiques avec l’impératif de compétitivité ;
  • De participer aux négociations internationales à l’élaboration et à la mise en œuvre des recommandations, des accords et conventions bi et multilatéraux dans les domaines de sa compétence;
  • De promouvoir le genre et l’équité dans les activités du secteur.

   2 – Situation actuelle

La loi L94/40/CTRN du 28 décembre 1994 fixe la réglementation de la concurrence et de la  liberté des prix.
Les reformes  ont permis de redynamiser l’environnement commercial. Les actions ont été axées sur le renforcement et la diversification des secteurs clés à l’exportation et la facilitation des procédures commerciales. Les acteurs du commerce attendent beaucoup de l’amélioration du climat des affaires, de la transparence des lois, des règlements et des procédures qui encadrent le commerce extérieur.
La Guinée reste fortement dépendante pour couvrir les besoins nationaux en riz dû entre autres  au faible rendement des terres cultivés.
Les principales  filières à l’exportation en dehors des produits miniers sont : café, cacao, caoutchouc, cajou, ananas, fonio et les produits halieutiques.
La majorité des produits importés sont des machines et équipements.
Les principaux partenaires sont respectivement  l’UE, les USA, les pays d’Asie notamment la Chine, le Pakistan, l’Inde et le Vietnam.

    3 – Avantages concurrentiels

Les avantages concurrentiels sont :

  • Les préférences commerciales dont bénéficies la Guinée à savoir l’AGOA, l’Initiative tout sauf les armes (TSA), les préférences bilatérales du Maroc;
  • Le Programme du Cadre Intégré Renforcé (CIR) qui a permis de mettre à jour l’étude diagnostic d’intégration du commerce (EDIC) 2003 de la Guinée; 
  • L’Accord de facilitation des échanges de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC);
  • Le Schéma de libéralisation des échanges (SLE) de la CEDEAO, les Entreprises guinéennes agréées au schéma de libéralisation;
  • Renforcement des capacités des acteurs des filières d’exportations;
  • Projet de Renforcement de la capacité Opérationnelle de l’Office National de Contrôle de Qualité et Les perspectives de révision des textes juridiques.

   4 – Opportunités en Bref

Le Département du Commerce est un Département transversal. Ce qui implique que toutes les activités des autres départements contribuent à créer un environnement favorable au développement du commerce. L’amélioration de la fourniture d’énergie électrique, la création d’infrastructures modernes (routes, hôtels)  et l’installation de la fibre optique par le gouvernement ont permis le développement et la modernisation du commerce.

   5 – Les projets prioritaires 

  • Projet de Renforcement de la capacité Opérationnelle de l’Office National de Contrôle de Qualité (Projet de la Catégorie 2 du Cadre Intégré Renforcé(CIR)).
  • Appui au Développement et à la Commercialisation des Produits des Filières Arachide, Palmier à Huile et Hévéa en Guinée.
  • Développement des Chaines de valeurs des filières agricoles en République de Guinée.
  • Appui à la Valorisation et la Commercialisation des produits de la filière anacarde en Guinée. 
  • Construction de Marchés Modernes.

ENERGIE

Le Projet Hydroélectrique de KALETA Le Projet Hydroélectrique de Kaléta s’inscrit dans le cadre d’un Programme d’Intégration Énergétique sous-régionale appelé OMVG. Malgré la fin des études enregistrées en 2006, la réalisation n’a pu être faite, faute de financement.

Dans ses promesses de campagne, le Président Alpha CONDE a pris l’engagement de résoudre définitivement le problème d’électricité en Guinée au cours de son premier quinquennat, par la construction d’une Centrale Hydroélectrique, à Kaléta (construction d’un barrage ; construction d’un évacuateur de crue ; construction d’une usine de 240,5 MW ; construction d’une ligne aérienne de transport de 225 KV sur une distance de 146 km, reliant la Centrale aux différents postes d’interconnexion ; construction et bitumage de 70 km de route et électrification des villages environnants).

Conformément aux engagements du Président, les travaux ont démarré le 4 avril 2012, et dureront 48 mois. Les travaux seront réalisés par la société chinoise CWE pour un coût hors taxes de 446 Millions de US$ couvrant les composantes suivantes: construction d’un barrage ; construction d’un évacuateur de crue ; construction d’une usine de 240,5 MW ; construction d’une ligne aérienne de transport de 225 KV sur une distance de 146 km, reliant la Centrale aux différents postes d’interconnexion ; construction et bitumage de 70 km de route ; et électrification des villages environnants. Les travaux ont démarré le 4 avril 2012 pour une durée de 48 mois.

Comments are closed.